Historique de l'association

L’association « Les Enfants de L’Arc-en-Ciel » est une personne morale de droit privé , à but non lucratif, dont la création est parue au Journal Officiel de la République Française le 10 avril 1991.

L’objet de l’association est l’aide à l’enfance en difficulté, quel qu’en soit le pays.

 Le siège social est situé à Locmaria, 56310, QUISTINIC.

Depuis sa création, en avril 1991, l’association mène deux activités :

  • d’une part le parrainage d’enfants défavorisés, notamment sur le territoire de Djibouti, 
  • d’autre part l’accueil d’enfants handicapés, à la Maison "Arc-en-Ciel".

L’activité parrainages soutenait d’une manière individuelle une trentaine d’enfants aux débuts de l’association. Elle s’est tournée récemment vers un appui plus collectif, puisque nous apportons notre soutien au Centre Educatif  LEC (Lire, Ecrire, Compter) d’ Ali Sabieh, à Djibouti. Ce sont ainsi désormais quelque 110 enfants qui bénéficient des parrainages.


La Maison "Arc-en-Ciel", ouverte en mai 1993 avec l’appui du Conseil Général du Morbihan, d’associations dont l’ ADAPEI du Morbihan, et d’organismes comme la CPAM, la MSA, la CAF, et le soutien du Conseil Général du Morbihan, s’est attachée à répondre aux demandes des familles pour des accueils relais qui leur permettent :

  • de faire face à leurs indisponibilités ou plus simplement d’avoir des occasions de répit dans une vie rendue particulièrement difficile par la présence du handicap,
  • de pallier l’absence ou l’insuffisance de prise en charge institutionnelle de leur enfant,
  • de permettre à leur enfant lourdement handicapé d’accéder à des temps de loisirs.

 

A l’origine animée par des bénévoles avec un agrément de la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, elle intègre peu à peu avec l’appui du Conseil Général du Morbihan, un certain nombre de professionnels salariés, accompagnant ainsi l’accroissement important de l’activité.

La Maison "Arc-en-Ciel" a donc obtenu  jusqu’en 2004 un agrément de Centre de Vacances et Centre de Loisirs Sans Hébergement, un financement partagé par les familles, et à titre extra-légal, par le Conseil Général du Morbihan.

Depuis le 1er Janvier 2005, la pertinence de ses réponses a été officiellement reconnue puisqu’elle bénéficie désormais d’un agrément médico-social au titre de structure d’accueil temporaire (loi 2002-2 du 2 janvier 2002, rénovant l’action sociale et médico-sociale,  décret n° 2004-231 du 17 mars 2004 relatif à la définition et à l’organisation de l’accueil temporaire des personnes handicapées et des personnes âgées).

  L’article R. 314-194 du code de l’action sociale et des familles (décret n°2006-422 du 7 avril 2006) finalise cette réglementation en précisant les conditions de tarification et la participation des usagers de l’accueil temporaire. En effet, c’est l’Assurance Maladie qui verse la dotation financière de fonctionnement de l’établissement.

Il faut souligner que Jean-Jacques OLIVIN, fondateur de la Maison "Arc-en-Ciel" , a été missionné en 2003 au sein du Groupe de Réflexion et réseau pour l'Accueil Temporaire des personnes Handicapées dont il est également  le fondateur, par le Secrétariat d’Etat aux Personnes Handicapées , pour contribuer à l’élaboration de cette réglementation.

Au fil des années, l’activité est en croissance, avec 160 enfants accueillis en 2008 dont 51 morbihannais, soit 2855 journées avec ou sans hébergement, pour 12 places financées.

 

L’association porte le projet d’une extension pour adolescents, avec avis favorable du Comité Régional de l’Organisation Sanitaire et Sociale de Bretagne  délivré en mai 2004 mais non encore financé à ce jour. Dans l’attente, elle accueille quand c’est possible des adolescents à titre dérogatoire. Cette structure permettra de passer de 12 à 20 le nombre de places d’accueil  pour des enfants de 3 à 20 ans. Dès cette structure ouverte, l’association déposera un projet de création de quelques places d’accueil temporaire pour les adultes handicapés.

 

Un projet qui tient à cœur des responsables l’établissement est de créer des structures légères de jour, dans les principales villes du Morbihan, Vannes, Lorient, Auray, Pontivy, par exemple adossées à un établissement scolaire ou médico social. Ces accueils pourraient se faire dans des locaux mis à disposition, avec 2 personnes d’encadrement pour 5 ou 6 enfants, à la journée et en utilisant les services de restauration municipaux ou scolaires.